A partir de quel âge puis-je apprendre à voler ?

Tu peux commencer ta formation dès 14 ans (eh oui !), mais doit attendre le jour de tes 16 ans pour passer ton dernier examen (il s’agit de l’examen pratique). En théorie, tu pourrais donc passer cet examen le jour de tes 16 ans, et donc obtenir ton brevet le même jour. Si tu es plus jeune, nous t’organisons volontiers un vol biplace avec l’un de nos pilotes partenaires. Il est toutefois demandé l’accord écrit de tes parents tant que tu es mineur.

 

Jusqu’à quel âge puis-je voler ?

Il n’y a pas d’âge maximal, il faut juste être apte à courir quelque pas pour décoller et à bouger les bras pour piloter ! Tant que la santé suit, tu peux donc continuer à voler. Il y a d’ailleurs régulièrement des pilotes qui profitent de leur retraite pour apprendre à voler !

 

Peut-on voler partout en Suisse ?

Les règles varient d’un pays à l’autre. Pour ce qui en est de la Suisse, la majorité du ciel est autorisé à la pratique de notre sport. Comme nous ne sommes pas les seuls à utiliser notre espace aérien (avions, armée, …), il y a certaines zones, clairement indiquées sur les cartes officielles que tu apprendras à lire durant ta formation. Il est par exemple interdit de voler à moins de 5 kilomètres d’un aérodrome. Des zones plus grandes sont établies autour des aéroports, ce qui permet aux avions de ligne de voler, pour t’amener en vacances par exemple. Pour ta sécurité et celle des autres usagers du ciel, il est important de connaître et de respecter ces règles. Le chapitre « législation » de la théorie est destiné à t’apporter ces connaissances.

 

Et à l’étranger ?

Chaque pays a ses propres règles, au sujet desquelles il est indispensable de se renseigner avant tout vol. Les zones interdites de vol et les altitudes maximales, pour ne citer que quelques exemples, varient d’un pays à l’autre. Le brevet suisse, par son haut niveau, est reconnu dans beaucoup de pays. Il t’appartient de t’assurer que ce soit aussi le cas dans le pays où tu vas passer tes vacances …

 

Jusqu’à quelle altitude peut-on voler ?

En théorie et hors des zones interdites de vol pour les parapentes, la limite supérieure est fixée à 3’950 mètres sur les alpes (respectivement 4’550 mètres le week-end et jours fériés) et 3’050 mètres sur le massif du jura et sur le plateau. Mais il est également autorisé à monter jusqu’à 600 mètres/sol verticalement au-dessus du relief. Il est donc autorisé à survoler le sommet de la Pointe Dufour jusqu’à une altitude de 5’234 mètres/mer.

En pratique, les jours où il est réellement possible de monter si haut, même pour un pilote expérimentés, sont relativement rares, et nécessitent de très bonnes conditions météorologiques.

 

Peut-on voler tous les jours ?

Malheureusement pas. En parapente nous évoluons dans le ciel à une vitesse relativement faible. Des vents supérieurs à cette vitesse peuvent être dangereux. Voler sous la pluie, en plus d’être inconfortable, peut être dangereux. Il est aussi impératif d’éviter de voler aux abords d’un cumulonimbus (gros nuage d’orage que même les avions évitent), des vents tourbillonnant à plus de 300 kilomètres/heure y ont déjà été mesurés. Finalement, certaines situations météorologiques, comme le foehn, sont dangereuses pour la pratique de notre sport, car trop turbulentes.

Malgré ces restrictions, les jours volables dans notre pays sont très nombreux, tout au long de l’année. Profitons-en !

 

Comment s’habiller pour voler ?

La vitesse de vol, par rapport à l’air entourant le parapente, est d’environ 35 kilomètres/heure. Il n’est pas rare de dépasser cette vitesse dans d’autres activités sportives, en skiant par exemple. Il faut adapter son habillement à la saison. En plein été lors de vols en bord de mer, il est tout à fait possible de décoller en maillot de bain, torse nu. En hiver, il est par contre recommandé de vêtir des habits de montagnes, des vêtements de ski peuvent parfaitement faire l’affaire. Mieux vaut bien s’habiller, on n’aura jamais trop chaud en vol.

De plus, les chevilles étant particulièrement soumises lors des phases de décollage et d’atterrissage, il est préférable d’utiliser des chaussures de marches, tiennent bien aux pieds et protégeant ainsi les chevilles contre blessures et froid, sans pour autant entraver la course.

Finalement, les mains étant toujours en hauteur durant le vol, des gants robustes et adaptés à la température sont fortement recommandés, toute l’année, pour ne pas avoir froid aux mains. Ils protègent également contre les blessures lors de frottements avec les suspentes (fils nous reliant à la voile), parfois fréquents dans notre sport.

 

De quel équipement ais-je besoin pour voler en parapente ?

En plus d’habits adaptés comme nous l’avons vu au point précédent, tu devras avoir quatre choses:

Le parapente est ton aile. Il est important de choisir un parapente en bon état (si tu l’achètes d’occasion) et adapté à ton niveau de pilotage. Pour se faire, il est préférable de nous consulter.

La sellette sera ton siège en vol. Confortable, elle propose également une position « debout », favorisant la course lors du décollage et de l’atterrissage.

Le parachute de secours, souvent installé dans la sellette ou dans un petit sac attaché devant toi, il est censé t’assurer un retour sur terre dans des conditions à peu près acceptables en cas de gros incident en vol (collision, gros vrac, perte de maîtrise, …).

Le casque est censé protéger la tête en cas d’un choc violent avec le sol, surtout utile en cas d’imprévu lors du décollage et de l’atterrissage.

Bien que l’emport du parachute de secours et du casque ne soit, selon la loi suisse, obligatoire que pour l’examen, il est fortement recommandé d’emporter ces éléments de sécurité durant tous vos vols. Attention, il ne s’agit que d’une sécurité passive, la sécurité active s’acquiert durant votre formation et tout au long de votre vie de pilote, en faisant preuve de prudence.

Nous te conseillerons lors de l’achat de ton équipement de vol, afin que ce dernier soit en bon état et adapté à ton niveau. Par contre, nous nous réservons le droit de te refuser l’usage de ton propre matériel si ce dernier est dangereux pour toi, ce qui est le risque si tu achètes ton équipement de ton côté, sur une annonce en ligne par exemple.

Combien de temps ça prend ?

Notre discipline requiert de bonnes conditions météo et de la disponibilité. Il est alors impossible de prévoir le temps exacte que durera ta formation. En effet, un élève assidu et disponible tous les jours de la semaine par une période de belles conditions météo ira plus vite dans sa formation qu’un autre, disponible que les week-ends pour autant que sa femme n’ai pas prévu d’activités et que son club de foot ne joue aucun match, et le tout avec une météo maussade.

En plus des 50 grands vols imposés par la loi, il te faudra compter disons 5 jours de préparation (entrainement au sol, vols biplaces, …) et le temps de suivre des cours théoriques (en soirée ou les jours de pluie), de travailler ta théorie de ton côté et de passer tes examens. Si on imagine voler une moyenne de deux vols par jour de formation (ce qui dépend aussi de la météo), il faut compter environ 31 jours de vol minimum (sans compter la théorie). Après il ne s’agit que d’un temps théorique.

Un élève très disponible et débrouillard mettra peut-être 4 mois pour ss formation complète, alors qu’un autre, dispo que les week-ends par exemple, et ayant besoin de plus de vols en aura besoin de 12, voire plus.

😂 Attention, le parapente occupera vite une place importante dans ta vie, semblable parfois à une dépendance. Que tu sois prévenu ! 😂

 

Combien ça coûte ?

Durant ta formation de parapentiste, tu auras 4 catégories de coûts à assumer, qui sont:

La formation, soit ce que nous te facturerons. Nous te proposons un forfait formation de 2’500.-, ou 1’500.- pour le tarif réduit (jeunes, AVS, AI, selon discussion lors de notre première rencontre). Cette somme est payable de manière échelonnée si souhaité.

L’achat de ton équipement de vol complet, soit ce que tu payeras au vendeur (nous ou quelqu’un d’autre que nous pourrons te recommander) Il faut compter entre 3’000.- et 6’000.- selon que tu prennes du matériel neuf ou d’occasion et selon les spécificités du matériel).

Les coûts des montées au décollage (télécabines, car postal, navette, etc.) Environ 10 à 15.- / vol, varie selon le site de vol du jour. Si on compte une moyenne de 13 francs, on obtient, pour une estimation de 60 vols un total de 780.-. Il est évident que si tu possèdes un abonnement comme le MagicPass, tu payeras moins cher !

Coûts divers, comprenant par exemple les frais d’examens, assurance RC de ton parapente, Inscription et cotisation à la Fédération suisse de vol-libre, assurance Air-Glaciers / Rega si tu n’en possède pas (vivement recommandé), etc. pour un total d’environ 500.-

On arrive à un total approximatif de 5’500.- (tarif réduit) à 9’780.- (tarif normal avec équipement neuf, pilote ayant besoin d’un eu plus de vols).

Tous ces prix sont approximatifs et ne comptent par exemple pas ton habillement. C’est une estimation, à adapter selon le déroulement de ta formation. Contacte-nous, et nous t’expliquerons plus en détail !

 

error: